Un peu comme Edith Wharton ou Vladimir Nabokov, j’ai toujours su que j’étais née pour la grande vie.

 

images (3) 

La “Maison de campagne” d’Edith Wharton à Lenox, Massachusets.

Malheureusement, je ne suis pas née au tournant du XX° siècle, et encore moins dans la haute société New Yorkaise ou dans l’aristocratie Russe.

 

images (1)images (2)

 

Le “petit” salon et la salle à manger “informelle”, toujours à Lenox.

 

téléchargement (1)

 

Le boudoir “bleu Tiffany”, encore chez Edith Wharton (j’aurais mis du marbre blanc à la cheminée, pas vous?)

 

Au lieu de ça, je suis née dans une famille de fonctionnaires à la fin du vingtième siècle, et il me faut vivre petitement.

 

téléchargement (2) .

 

(Parenthèse dans la parenthèse, ce “bleu Tiffany”, j’en raffole!)

 

images (6)

 

Néanmoins, une fois par an, mêlant le littéraire à l’agréable, je jette l’argent du ménage par les fenêtres et m’offre un pèlerinage au Montreux Palace, celui-là même où Vladimir Nabokov a passé les vingt dernières années de sa vie et écrit le monumental Ada ou l’Ardeur.

 

images (7)

 

[Cette année, au moins, on n’y est pas allés en Twingo, Flop!]

 

20131221_140240 

La Petite Créature porte une fois de plus ce petit gilet La Droguerie qui grandit avec elle, l’un de mes tout premiers tricots sur l’un de mes tout premiers posts de blog, sur une Petite Créature de tout juste un an, j’écrase une larme!!!)

 

20131221_144500

 

Il font les choses en grand, ils ont carrément un Père Noël en résidence, au Montreux, mais il a fichu une sacrée frousse à la Petite Créature.

 

20131221_144247 20131221_144346

 

Du coup elle a rôdé autour sans oser s’approcher.

 

20131222_114021

 

 

 

Finalement elle a été bien plus à l’aise avec les oiseaux du lac.

 

20131222_112949

 

Je ne sais pas quelle mouche a piqué mon téléphone portable, lui qui fait des photos très médiocres d’habitude a été spécialement inspiré.

 

20131222_113039

 

Là, je me sens carrément artiste.

 

20131222_113043

 

Brrrrr!

 

20131222_113429

 

A propos d’artistes…

 

20131222_113441

 

Hum…

 

20131222_113343

 

Comme chaque année en Décembre, c’était le fameux Marché de Noël.

 

20131222_123518

 

La Créature a bien aimé, mais elle préférait quand même les mouettes et le cygne.

 

20131222_124244

 

C’est vrai que j’abuse un peu avec les photos de ma fille, mais comme on peut voir ici, je ne suis pas le seul paparazzi qui la pourchasse…

 

images (11)

 

Pour ma part, ce qui m’a  vraiment impressionnée sur ce marché de Noël, ce sont les papiers découpés de Catherine Schmidt.

téléchargement (4)

Incroyable, hein!

 

f 

Dans le genre très suisse, il y a aussi ces photophores en bois – que pour ma part j’ai pris en bouleau, c’est tout de même plus passe partout…

 

20131222_120413

 

Et puis les boules en verre étaient très chouettes aussi.

 

20131222_123016

 

J’ai également bien aimé l’absinthe bleu Tiffany du Val de Travers (qui du coup porte bien son nom!)

 

images (12) 

Sans parler de la fontaine. Je l’aurais bien achetée, mais je n’ai pas le “petit” salon pour, ni la salle à manger “informelle”, pfff…

 

20131221_154233

 

Après ça il était temps de monter dans la Grande Roue.

 

20131222_125126

 

La Petite Créature a eu du chagrin lorsqu’il a fallu donner son ticket argenté à paillettes au Monsieur.

 

20131222_125336

 

Moi j’ai eu carrément les chocottes, plus je vieillis plus je deviens timorée. Je commence à comprendre pourquoi les vieilles ne prennent plus leur voiture.

 

20131222_130139 20131222_130658

 

M’enfin, c’était tout de même bien joli. (Vous devez commencer à vous demander ce que vous fichez là à regarder mes photos de vacances, mais je me rends compte que j’aime bien la façon dont ce blog documente à distance de petits morceaux –choisis, hum!- de notre vie…)

 

20131222_130856

 

Bon, allez, la dernière et l’on parle boutique, les amis!

 

20131221_164208

 

Heu…dernière digression, à propos de boutique, vous avez vu cette robe vendue non loin de l’hôtel?

 

20131221_164216 

Elle a l’air imitable, non? C’est un genre de Poucette de Citronille en moins décolleté, ce me semble, mais où trouver du tulle noir assez classe, je me le demande bien…

 

20131221_140815

 

Il ne faut pas croire qu’on avait emmené la Créature avec nous pour qu’elle prenne du bon temps et passe toute la sainte journée à éteindre/ allumer frénétiquement les interrupteurs de la chambre, et ce jusque tard dans la nuit, non non non.

 

Créature

 

L’objectif principal était de photographier une tenue hivernale composée du petit pull tricoté par la Grande Lo* et d’une jupe Piccadilly de P&M presque assortie.

 

20131221_140921 

La couleur est presque impossible à saisir, même dans la clarté lumineuse et immaculée du Montreux Palace (je vous dis pas chez moi…j’avais essayé avant de partir et tout était NOIR). Il s’agit d’un genre de prune foncée.

 

20131221_141401

 

Les finitions intérieures sont en biais fuchsia Creature-approved (la commande initiale était “Maman, tu peux me faire une jupe violet, rose et orange?”), et le noeunoeud est en liberty d’Anjo violet (avec une microtouche d’orange, eh si!)

 

20131222_095842 

Finalement, à ma grande surprise, les deux habits n’allaient pas bien ensemble, j’ai dû les séparer.

 

20131222_100039

 

Bon, c’est flou, mais ça montre qu’il ne faut pas couvrir la ceinture de Piccadilly, sinon ça fait sakapattatt.

 20131222_111732

 

Et le petit pull, lui, est parfait avec un jean.

20131222_11181420131222_111822

 

Rhâââ, ces photographes, c’est dingue, hein! Jamais tranquille!

 

20131222_145757

 

Bref, heureusement pour elle, après tous ces salamalecs, la Créature a pu aller se détendre au spa avec ses copains…

 

20131221_171914

 

…et moi j’ai pu avancer dans mon lady Marple.

 

20131222_145312

 

C’est fou comme à trois ans on sait déjà faire sa belle, hein!

 

20131222_155239

 

Et même se sécher les cheveux “toute seule”! Créatuuuure! Arrête de grandir!

 

20131221_205159

 

La voici même qui sort nuitamment du Harry’s Bar, on aura tout vu!

 

20131221_194155 

Entre le steack-frites de la Créature et mon tricot, l’ambiance n’était pas bien sulfureuse ce soir là, mais enfin l’honneur est sauf, on a quand même pris des Gin Fizz et des Mojitos! 

 

PicMonkey Collage

 

Après ça j’étais parfaitement mûre pour ma traditionnelle errance dans le couloir de la chambre de Nabokov (à la recherche de son fantôme).

 

20131222_161415

 

Une fois de plus, je n’ai rien vu, mais tant pis, je retenterai l’année prochaine!

Et vraiment, ce que je retiens de chacun de mes séjours à Montreux, ce n’est pas tant l’illusion un peu surannée de tout ce luxe et tout ce propre que la brume du lac, et par delà la brume du lac, cette figure toujours neuve et toujours redécouverte de Vladimir Nabokov, celui-là même qui se remémorait ses lectures d’enfance et ses domaines perdus dans Autres Rivages: “ En ce qui me concerne, quand je tombe à nouveau sur les malheurs de Sophie – son absence de sourcils et son goût pour la crème fraîche-, je n’éprouve pas seulement le même serrement de coeur et le même ravissement que mon oncle; il me faut assumer un fardeau supplémentaire- le souvenir que je garde de lui en train de revivre son enfance grâce à ces mêmes livres. Je revois ma salle d’études de Vyra, les roses bleues de la tapisserie, la fenêtre ouverte. Elle remplit de son reflet tout le miroir ovale au dessus du divan de cuir où mon oncle est assis, occupé à savourer un livre tout déchiré. Une sensation de sécurité, de bien-être, de chaleur estivale, se répand dans ma mémoire. Vigoureuse réalité qui fait du présent un fantôme. Le miroir déborde de lumière: un bourdon est entré dans la pièce et cogne contre le plafond. Tout est bien, rien ne changera jamais, personne jamais ne mourra.”

 

20131221_144936

               Statue de Nabokov devant Le Montreux, dimanche dernier.

* un dernier petit point culturel pour la route, je ne peux pas m’en empêcher (et Nabokov me comprendrait bien):

- House of Mirth est le premier roman d’Edith Wharton, que je relis en ce moment au mépris de tous mes autres devoirs. Il est paru en français sous le titre Chez les heureux du monde.

- C’est aussi une expression tirée de l’Ecclésiaste (“vanités des vanités, tout est vanité!”): “The heart of the wise is in the house of mourning; but the heart of fools is in the house of mirth”. Et toc encore.